Assimilation, intégration et séparatisme islamique

Nous voilà depuis peu grâce à notre président M. Macron avec une nouvelle notion pour compléter une petite série.

Après l’assimilation (Action de rendre semblable et même identique à quelqu’un ou à quelque chose… cf. cnrtl.fr),
après l’intégration (Fusion d’un territoire ou d’une minorité dans l’ensemble national.. cf. Larousse),
nous voilà avec un phénomène, faut-il dire un constat, de séparatisme islamique ? (Attitude, tendance à sortir d’un ensemble national et à former une entité politique distincte de l’État d’origine. cf. Larousse et Relatif à l’islam, cf. Larousse)

En fait, il semblerait que nous passions d’un constat d’échec à un autre constat d’échec pour aboutir à un troisième constat. De nos jours la société française n’a plus ces capacités du siècle dernier : assimiler ou intégrer, reste à savoir si cela vient des arrivants -immigrants commence à devenir un gros mot- d’un changement de politique ou d’un phénomène de saturation.

Le mouvement LREM par la voix de son président a tendance à prôner le multiculturalisme (Huffingtonpost, Ségolène Neuville du 05/06/2018 ).

Ajouter à cela certains articles réclamant un Grand-Paris multiculturel (Libération mai-2016) avec une logique curieuse qui voudrait qu’en renforçant la culture d’origine des communautés étrangères on renforcerait la culture française et luterait contre le repli identitaire. Ou comment insérer des cultures dans une culture, en terme urbain comme en terme géographique ; il est évident que cela permettra de bien différencier les cultures, de là à envisager des frictions il n’y a qu’un pas.

Une citation me vient à l’esprit et affirme qu’à partir d’un certain point, la quantité fait la qualité, si vous en doutez essayer de mettre de l’eau dans votre vin.

Quelle compréhension avoir ?

Pour qu’il y aie séparatisme il faut une communauté avec un lien fort et des points de repères, qu’elle puisse développer le sentiment d’être différente. Nous voilà avec une conséquence que l’on veut éviter tout en créant un contexte des plus favorables à son éclosion ou sa dissémination.

Un peu de cohérence s’il vous plaît, faites en sorte de faciliter l’assimilation et non son contraire, vous nous éviterez des conflits culturels, le français n’est pas un anglo-saxon, en espérant qu’il ne soit pas trop tard et qu’on en vienne à vivre avec défiance face à face après avoir vécu ensemble (assimilés) puis côte à côte (intégrés). Assimilons, c’est la seule voie française pour un avenir apaisé. Nous imposer un « vivre ensemble » mal défini pourrait conduire à des heurs si ce n’est pire ; messieurs les politiques vous en serez responsables.

The following two tabs change content below.