épandage à 5 m ?

Comme souvent, les autorités nous rassurent avec des mesures phares contribuant à notre sécurité, notamment les restrictions d’épandage de pesticides (ce mot est plus réaliste puisqu’il regroupent les insecticides, foncides, herbicides et autres poisons en -cides, « phytosanitaire » étant volontairement trompeur) à quelques mètres des habitations.

Les faites divers et autres actualités locales, pour peu que l’on veuille bien ligne entre les lignes, nous indiquent pourtant le contraire, par exemple : 

Sète : Crash d’un hélicoptère spécialisé dans la démoustication, deux jours après celui de deux avions (cf. Leparisien du 27/04/2020)

Il est question de démoustication, appellation discrète pour épandage à large diffusion d’un insecticide, produit en -cides dont on se doit de se méfier, si l’on en croit cet article de actu-environnement fin juillet 2016 

En creusant un peu, on s’aperçoit que la méthode est répandue elle aussi, comme toujours par le biais de dérogations : 

Le ministère de l’Agriculture autorise les directions régionales et départementales de l’agriculture à accorder des dérogations pour vaporiser ces produits par voie aérienne, contrairement aux principes adoptés par la loi Grenelle. (cf. Leparisien du 27/03/2012)

L’article est ancien, cependant il devrait être possible de retrouver des traces d’autorisation accordées par les préfets, entre autre à proximité des aéroports, toujours pour notre bien…

Si vous pensez à une mesure d’exception, sachez qu’en 2012 plus de 800 épandage aériens ont été réalisés, selon actu-environnement en avril 2012  

Un autre article de Laurent Radisson (en septembre 2014) évoque une fin des dérogation pour 2016, l’hélicoptère s’est écrasé en avril de cette année

 

 

The following two tabs change content below.

Derniers articles parromaillard (voir tous)