Pendant le confinement…

La période de confinement se prolonge et se prolongera encore demain, comme beaucoup s’y attendent lors de l’allocution de notre président de la république ce lundi de Pâques.

En guise de soutien et solidarité à l’effort national, pour prendre un recul nécessaire, pas de billet depuis le 15 mars, presque un mois sans remarque agréable ou désagréable, il s’en est pourtant passé bien des choses depuis :

  • La crise des masques, ou surtout de leur absence
  • La grippette pandémique
  • Le vol des masques
  • La fermeture des frontières, ou presque
  • Le cas du professeur Didier Raoult
  • Le confinement non essentiel dans certaines banlieues
  • L’accroissement des inégalités sociales
  • La mal nommée distance sociale
  • Les réquisitions en et hors de France
  • Les nombreuses bourdes de la porte parole et autre membres du gouvernement
  • la solidarité ou union nationale
  • Le mensonge chinois
  • La purge des prisons
  • L’inévitable applaudissement de 20h
  • Les congés payés obligatoires
  • la géolocalisation, (prononcer « tracking »)

Ne me fiant pas à ma mémoire il est temps noter les faits marquants dans ce brouillon de billet, la liste ne manquera pas de s’allonger.

Il est difficile de ne pas faire un réquisitoire à charge des personnes aux commandes, gouverner c’est aussi assumer.

Nous n’entendons plus parler des premiers de cordées, ceux par qui le progrès arrive, la fierté de M. Macron, ceux qui sont majoritairement partis d’Île de France pour rejoindre leurs résidences secondaires et fuir, pardon, délaisser la capitale. Il est vrai que le télétravail leur est facile.

Pendant que les uns commentent les autres, jugent l’efficacité de l’hydroxychloroquine avec l’inévitable « yakafautkon » toujours aussi facile a posteriori, il y a les derniers de cordées, les indispensables de l’ombre qui continuent à travailler, merci à eux

Pour le moment, je cogite avec les travaux du jardin, du potager et du bassin, c’est maintenant que je m’en rends compte et que je l’apprécie : j’ai fait le bon choix de privilégier « mon petit chez moi » confortable plutôt que des vacances au ski ou des voyages à l’étranger. Ce n’est pas que de la chance, c’est aussi un choix, qu’on ne vienne pas me le reprocher.

Il nous reste quelques semaines à tirer en ambiance confinée, pour ma part en télétravail à 100% depuis ma banlieue parisienne, bon courage à tous.

The following two tabs change content below.